epopeeducyclismelinasmontlhery

epopeeducyclismelinasmontlhery

EXPOSITION "DU TANDEM A LA MOTOCYCLETTE 120 ANS DE DEMI-FOND"

AFFICHE AUTODO.jpg

Je compte sur vous pour être nombreux sur l'autodrome le 12 Juin !

Une démonstration de demi-fond sera faite sur l'anneau de vitesse ...

 

Tous les détails sur cette journée vous seront donnés au fur et à mesure sur cette page


19/05/2016
0 Poster un commentaire

CONFERENCE LE 11 AVRIL 2015 : " Autodrome de Linas-Montlhéry : le pari fou d'Alexandre Lamblin"

Conférence autodrome.jpg
Le 11 Avril 2015
 
aux Archives Départementales
 
de l'Essonne
 
CONFERENCE :
 

" Autodrome

de Linas-Montlhéry

 le pari Fou d'Alexandre Lamblin "

 

Conférence animée par Pascal Pannetier

pour ce qui concerne l'histoire de l'autodrome

et Patrick Police pour ce qui concerne l'histoire cycliste

de l'autodrome  

 


03/04/2015
0 Poster un commentaire

LE CYCLISME ET L'AUTODROME A LA FOIRE A LA TOMATE

FOIRE TOMATES  SCAN.jpg


24/08/2014
0 Poster un commentaire

LA BOUCHERIE SUR L'AUTODROME

Le Grand Prix de la Boucherie :

la légende de l’autodrome lui doit beaucoup !

 

 

GP BOUCHERIE Jacques HUREL GP Boucherie 1962  JM Letailleur.jpg

 

Vingt – cinq années après l’ultime  édition remportée par Jean-Pierre Godart, que reste-t-il de la saga montlhérienne du Grand Prix de la Boucherie ?

 

Convoquer les souvenirs et les mettre en ordre est bien difficile, tant ils ressortent du registre de l’émotionnel …

 

D’abord, l’émotion procurée par  ces    pelotons pharamineux, forts de centaines et centaines d’unités … La singularité née de cette tradition du vendredi saint, dont l’abandon, à partir de l’édition 1976, laissa comme un goût d’amertume à beaucoup d’aficionados … Le folklore aussi, avec la course des garçons-boucher en tenue, et mille extravagances et folies, comme cette édition où l’équipe de Sevran a débarqué sur le plateau de Saint-Eutrope … en corbillard, ces « gamelles » extravagantes,  impliquant des dizaine et des dizaine de coursiers, qui dans les falaises, qui à l’amorce de la descente Danguillaume …

 

A l’appel des souvenirs, rappliquent forcément la haute figure du maître d’œuvre de l’épreuve, Robert Simonneau, et bien sûr celles nombre de vainqueurs valeureux … Jacques Cadiou, Daniel et Francis Ducreux, le champion olympique Daniel Rebillard, l’ogre des amateurs Daniel Leveau, l’Ecossais Robert Millar, et bien d’autres …

 

                       GP BOUCHERIE J Pierre GODART.JPG
 

 

Mais à côté de ces champions, il faut aussi convoquer les figures hautes en couleur d’un Lucien Bourdin, qui dans les sixties courait   sur un vélo déjà doté d’un changement de vitesses au guidon et de manivelles extensibles, d’un Pascal Trimaille déclassé en 1977 pour s’être débarrassé de son casque avant la fin de la course, d’un Claude Guyot, véritable terreur sur le  circuit, et  qui ne parvient pas à  gagner chez les seniors, ou encore de ces triplés épiques de l’A.C.B.B. en 1975 et du C.S.M. Persan en 1983 ….


18/06/2014
0 Poster un commentaire

JEAN BRUNIER FOREVER

Jean Brunier : un personnage est passé sur l’autodrome  

 

 

« Tout ce que tu peux « affurer » avec moi, mon pote, c’est un coup de tête dans la gueule ! ».

 

Jean Brunier est passé à la postérité cycliste, avec cette cinglante répartie,  rapportée par  Georges Berretrot,   le speaker du fameux « Vél’ d’Hiv’ »,  qui en fut le « destinataire » , à l’occasion d’une singulière demande  partage de prime lors des Six Jours de Paris.

 

Jean Brunier, un  champion  énigmatique, pétri de classe, tous les observateurs de l’époque l’ont reconnu,  mais un champion  au parcours bien déconcertant …

 

                       LPR BRUNIER 1925 photo JM Letailleur 01 04 2010 C.jpg

 

Né en 1896 à Paris, ce Montmartrois bon teint, se révèle, à son retour de captivité,  et va connaître

une ascension rien moins que fulgurante. Débutant en 1920, il devient champion de France  des amateurs

en 1921, puis   champion de France des professionnels l’année suivante,  non sans avoir épaté le Landerneau cycliste avec une seconde place au Tour des Flandres, et cela après avoir « roulé la caisse » pour le compte

des frères Pélissier  dans les classiques du printemps ! 

 

Et puis, après une décevante saison 1923, il décide de se tourner vers la piste, et plus spécialement le demi-fond,  à même, pense t-il alors, de lui assurer de juteux contrats sur les vélodromes d’Europe.

 

Le Grand Prix Cycliste de l’Automobile-Club de France, disputé à Lyon derrière motocyclette en marge

de l’épreuve automobile, sera le « déclic ». Car son association avec « l’entraîneur - garagiste » Léon Lauthier  va le mener en cet été 1924 des virages des Esses à ceux de l’anneau de vitesse de Linas -Montlhéry.

 

Le Belge Vanderstuyft a déjà fait « exploser » la mythique marque du record de Paul Guignard au premier jour d’Octobre  1924 ?

 

Aucune importance ; lui, Jean Brunier, va le « bousculer », ce nouveau record !   

 

 

Ce sera le point de départ d’un formidable feuilleton, qui s’étalera sur deux saisons …


18/06/2014
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :